Natures mortes ?…, dans la collection Simonow

1 février 2016 – 15 janvier 2018

(Beaux-Arts, XIXe -XXIe s.) Flaran – Dortoir des moines

Poursuivant le travail transversal entrepris autour de l’exceptionnelle collection prêtée au Conseil Départemental du Gers par M. Michael Simonow, l’année 2016, jusqu’en 2018, s’attache à la présentation d’un nouveau thème de l’Histoire des Arts, celui de la « Nature morte ».

Exercice de style pour les plus grands artistes et autre « sujet » essentiel en peinture depuis les origines de celle-ci, la Nature morte, dont l’intitulé n’apparaît qu’au XVIIè s., s’est d’abord définie comme un ensemble d’objets ou d’éléments inanimés avant de désigner l’ensemble de la composition elle-même, quel qu’en soit le support.

D’abord imprégnée de symbolique au Moyen-âge, elle s’affirme comme vision du réel à partir du XVIIe s. (Chardin) mais balancera constamment d’un courant à l’autre.

Parallèlement, sa richesse en fait un thème de prédilection pour les artistes contemporains, après une forme d’éclipse lors de l’arrivée de la photographie, qui séduira même tous les courants avant-gardistes, de Cézanne aux Surréalistes ou au Pop Art par exemple.

L’exposition fondée sur une trentaine d’œuvres issues de la collection Simonow où voisinent Courbet, Vollon, Derain, Vlaminck ou Valadon…, offre un panorama original de cette problématique appuyée, comme à chacun de ces événements, par un important programme de médiation culturelle auprès de tous les publics, notamment scolaires.